top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurTifany LE SANT

Comment répondre à un marché public : Les étapes essentielles.


Identifier les opportunités avec une veille efficace


La première étape pour répondre à un marché public consiste à effectuer une veille efficace pour identifier les opportunités. Voici comment procéder :


Les outils spécialisés : Commencez par explorer des sites de publication officielle tels que le BOAMP (Bulletin Officiel des Annonces des Marchés Publics) à l'adresse www.boamp.fr. C'est une source incontournable pour trouver des marchés publics. Vous pouvez créer un profil sur le site et configurer des alertes en fonction de mots-clés ou de localisations géographiques. Cela vous permettra de recevoir des notifications dès qu'un marché potentiel est publié.


Les seuils de publication : Gardez à l'esprit que seuls les marchés dont la valeur est supérieure à 90 000 € HT sont obligatoirement publiés sur le BOAMP. Pour les marchés dont la valeur se situe entre 40 000 € HT et 90 000 € HT, les acheteurs ont plus de flexibilité quant à leur mode de publication. Ils peuvent choisir de publier sur le Journal d'Annonce Légal de leur choix, informer les entreprises via leur site Internet ou utiliser une plateforme de dématérialisation.


Les plateformes de dématérialisation : Pour les marchés publics supérieurs à 40 000 € HT, les acheteurs sont tenus d'utiliser une plateforme de dématérialisation des procédures, également appelée "profil acheteur". Vous avez le choix parmi plusieurs plateformes, parmi lesquelles PLACE (pour les marchés de l'État), Marchés Sécurisés, AWS, AchatPublic, Maximilien (pour les marchés en Île-de-France), Megalis (pour les marchés en Bretagne), AMPA (pour les marchés en Nouvelle-Aquitaine), et bien d'autres. Vous pouvez également configurer des alertes gratuites sur ces plateformes pour être informé des nouvelles opportunités.


Utilisez des plateformes de centralisation : En plus des plateformes officielles, il existe des plateformes souvent payantes qui centralisent les annonces de marché public. Certaines entreprises utilisent des solutions telles que NUKEMA pour simplifier leur veille. Cela permet de consolider les annonces de différentes plateformes en un seul endroit, évitant ainsi de se noyer sous une multitude d'alertes.



Présentation du partenariat OPRESTA x NUKEMA


Analyser les documents de consultation


Une fois que vous avez identifié un marché potentiel, il est essentiel de bien comprendre les documents de consultation. Ces documents fournissent des informations cruciales sur l'appel d'offres. Voici un aperçu des principaux documents que vous rencontrerez :


Le Règlement de Consultation (RC) : Il s'agit du guide de l'appel d'offres. Il précise les documents et informations que vous devez inclure dans votre réponse, la procédure d'évaluation de votre offre, les critères d'évaluation et leurs pondérations, ainsi que les modalités de soumission de votre réponse sur la plateforme.


Le Cahier des Clauses Administratives Particulières (CCAP) : Il contient les clauses qui régissent le contrat avec l'acheteur, telles que les modalités de paiement, les pénalités, et les éventuelles clauses d'insertion.


Le Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) : Il décrit les spécifications techniques du marché. Avant de rédiger votre offre, il est essentiel de comprendre ces spécifications.


Le Cahier des Clauses Particulières (CCP) : Dans certains cas, les acheteurs regroupent le CCAP et le CCTP dans un seul document, appelé CCP.


Le Bordereau des Prix Unitaires (BPU) : C'est le document où vous devez indiquer vos prix unitaires.


Le DQE (Détail Quantitatif Estimatif) : Souvent lié au BPU, il permet à l'acheteur de simuler les quantités prévues pour estimer le montant total du marché et comparer les offres. Les quantités indiquées dans le DQE ne sont généralement pas contractuelles.


Le DPGF (Décomposition du Prix Global et Forfaitaire) : Ce document vous demande de décomposer votre prix global et forfaitaire pour permettre à l'acheteur d'évaluer la répartition des coûts et de comparer les offres des candidats.


L'Acte d'Engagement : C'est le contrat que vous signerez, confirmant votre acceptation de l'ensemble des documents de consultation. Il inclut notamment le montant de votre offre et doit être signé par un représentant habilité de votre entreprise.


Si vous avez des questions ou des remarques concernant ces documents, n'hésitez pas à communiquer avec l'acheteur. Vous pouvez poser des questions via la plateforme de dématérialisation. De plus, vous recevrez les questions posées par d'autres candidats et les réponses de l'acheteur (anonymement) directement dans votre boîte mail, à condition de vous être identifié lors du téléchargement du dossier sur la plateforme.




Préparer votre offre pour répondre à un marché public


Une fois que vous avez bien compris les exigences de l'acheteur, il est temps de préparer votre offre. Celle-ci est composée de deux parties distinctes.


1. Le Dossier de Candidature :


Cette partie vise à démontrer votre capacité technique et financière à exécuter le marché. Vous ne répondez pas encore au cahier des charges à ce stade. Les éléments à fournir comprennent généralement :

  • le DC1 (lettre de candidature),

  • le DC2 (capacités du candidat),

  • une déclaration de votre chiffre d'affaires sur les trois dernières années,

  • une déclaration de vos effectifs moyens annuels sur les trois dernières années,

  • la liste de vos références pertinentes,

  • la liste de vos outils et équipements,

  • les certifications requises,

  • et les CV des profils encadrants.

2. Le Dossier d'Offre :


C'est ici que vous présenterez votre offre technique. Ce dossier peut inclure un mémoire technique ou une note méthodologique, des fiches techniques des produits ou équipements proposés :


Mémoire technique ou note méthodologique : Cette section est cruciale pour expliquer votre approche à l'égard du projet. Vous devez y détailler comment vous comptez répondre aux besoins spécifiques du cahier des charges. Assurez-vous de suivre les exigences en termes de forme et de contenu établies par l'acheteur.


Fiches techniques des produits ou équipements : Si votre offre inclut des produits ou des équipements, fournissez des fiches techniques décrivant ces éléments. Cela permettra à l'acheteur de mieux comprendre ce que vous proposez.


Planning détaillé (le cas échéant) : Si le cahier des charges exige un planning spécifique pour la réalisation du projet, assurez-vous de le fournir.


Offre de Prix : Vous devrez soumettre un document indiquant votre prix. La structure de ce document peut varier en fonction des indications fournies par l'acheteur. Assurez-vous de suivre les directives en matière de format et de présentation, tout en prenant en compte les critères d'évaluation et leurs pondérations.


Il est essentiel de respecter scrupuleusement les directives de l'acheteur en ce qui concerne le format, le contenu et la présentation de ces documents. Tout écart par rapport aux exigences de l'acheteur pourrait avoir un impact sur l'évaluation de votre offre, voir son rejet.


Comprendre les critères de sélection


Les critères de sélection sont énoncés dans le Règlement de Consultation (RC). Vous devez les comprendre en détail, car ils détermineront la manière dont votre offre sera évaluée. Les critères peuvent porter sur la qualité technique, le prix, l'expérience de l'entreprise, ou d'autres aspects pertinents. Il est essentiel d'argumenter de manière exhaustive sur ces points spécifiques dans votre mémoire technique ou votre note méthodologique. Tenez compte des taux de pondération attribués à chaque critère ou sous-critère, le cas échéant. Vous pouvez également faire des recommandations pour démontrer votre expertise, mais assurez-vous de ne pas dévier des exigences du cahier des charges, sauf si cela est explicitement autorisé.


Fixer un prix compétitif


Lors de la détermination de votre prix, visez à établir une offre compétitive qui reflète à la fois la qualité de votre proposition et une marge bénéficiaire raisonnable. Ne cherchez ni à maximiser excessivement vos marges ni à sous-évaluer vos coûts, car cela pourrait compromettre votre rentabilité à long terme.


Planifier à l'avance


Préparer une réponse à un marché public peut prendre du temps, en particulier si vous opérez dans un secteur d'activité complexe ou si les demandes de l'acheteur sont détaillées. En général, le délai moyen pour répondre à un appel d'offres est d'environ 4 semaines. Par conséquent, il est crucial d'anticiper votre réponse afin de ne pas vous retrouver en situation d'urgence au dernier moment. Un rétroplanning solide peut vous aider à gérer votre temps efficacement.


Tester la plateforme de dépôt


Avant le jour J de la soumission de votre offre, assurez-vous de tester la plateforme de dépôt. La plupart des plateformes disposent d'un système de test qui vous permet de vérifier la compatibilité de votre ordinateur et de prévenir d'éventuels problèmes techniques de dernière minute. Toutefois, n'oubliez pas que le support technique des plateformes est disponible pour vous assister en cas de défaillance, mais attention, il n'est pas disponible en permanence, consulter les horaires d’ouverture du service.


Rester attentif après la soumission


Une fois que vous avez soumis votre offre, surveillez attentivement les communications de l'acheteur. Il est possible que vous soyez invité à des négociations ou que l'acheteur demande des informations complémentaires ou des clarifications sur votre offre. Les délais pour répondre à ces demandes sont souvent très courts, généralement entre 48 heures et 7 jours. Par conséquent, restez vigilant pour répondre rapidement, car l'absence de réponse à une demande de clarification peut entraîner l'élimination de votre offre.


Prévoir les documents légaux en cas d'attribution


Si vous obtenez l'attribution du marché, l'acheteur vous demandera de fournir certains documents légaux dans le cadre de son devoir de vigilance. Ces documents peuvent être requis dès la soumission des offres, ce qui sera spécifié dans le Règlement de Consultation (RC). En l'absence d'instructions précises dans le RC, consultez le Cahier des Clauses Administratives Particulières (CCAP) pour obtenir des informations. Les documents couramment demandés incluent :


  • Attestation de vigilance URSSAF datant de moins de six mois.

  • Attestation de régularité fiscale datant de moins de six mois.

  • Extrait de l'inscription au registre du commerce et des sociétés (K ou K bis) datant de moins de 3 mois.

  • Liste nominative des salariés étrangers (pour les entreprises de plus de 20 salariés) ou une attestation de non-emploi de salariés étrangers.

  • Attestation d'assurance responsabilité civile professionnelle à jour.


La non-fourniture de ces documents dans les délais spécifiés par l'acheteur (généralement entre 5 et 10 jours) peut entraîner l'annulation de votre attribution du marché. Il est donc essentiel de ne pas négliger cette étape et de l'anticiper autant que possible.


Vous disposez désormais d'une base solide pour aborder les marchés publics. Si vous avez des questions supplémentaires ou si vous avez besoin d'une assistance spécifique, n'hésitez pas à nous contacter. Nous sommes là pour vous accompagner dans ce processus complexe et concurrentiel.



Dossier de réponse à un marché public


19 vues0 commentaire

Comments


bottom of page